Vidéosurveillance massive à Nice

nices

Les fait nous montrent qu’un bâtiment consacré spécialement à l’observation, au traitement et à l’archivage des images issues des 915 caméras de surveillance disséminées dans la ville. De plus, soixante-dix policiers municipaux y sont affectés.

Monsieur Estrosi montre, sur un écran géant, quelques-unes des prouesses effectuées par ses équipes grâce aux caméras de surveillance. Comme dans des films de gangsters, La police est à la poursuite de deux petits voyous à scooter. L’image est en couleur et haute définition. Le passager était entrain de voler une sacoche contenant plusieurs milliers d’euros dans une camionnette dont la fenêtre est restée ouverte. Le scooter s’enfuit à vive allure dans les rues de la ville.

Le centre de surveillance suit ce scooter de rue en rue, de caméra en caméra, sur huit kilomètres, sans jamais perdre sa trace. Plusieurs minutes plus tard, les voleurs, se croyant à l’abri, quittent la voie rapide en faisant des zigzags permanents de joie sur la route. Au bout de quelques secondes, trois voitures de police les attendent pour les arrêter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>